Tant qu'on ira vers l'Est

moi daniel blake

Tant qu'on ira vers l'est

(1h07) de Medhi Rondeleux   France - 2018
avec Tao ASTIER  artiste d'origine tournonaise

Libre participation aux frais

Partie de Rennes en avril 2017, Tao Astier a rejoint Saint-Pétersbourg en skate, quelques milliers de kilomètres plus loin… Mehdi Rondeleux en a tiré un film, Tant qu’on ira vers l’Est. Un périple de rencontres folles sur les routes européennes, à la recherche d’une liberté absolue. La voie du Tao.

Il y a toujours ce bruit. Un long roulement régulier, monotone, qui vibre au gré des impulsions et des irrégularités du sol. Et, de temps en temps, un claquement sec. Le claquement de la planche de skate qui heurte le bord de la rampe ou l’asphalte de la route. Ces bruits ont accompagné Tao Astier sur 3 500 kilomètres. Soit la distance qui sépare Rennes de Saint-Pétersbourg.

« Tant qu’on ira vers l’Est » est le récit de cette étrange odyssée. Pendant quatre mois, la caméra de Mehdi Rondeleux a suivi la Rennaise Tao Astier sur les routes européennes. La jeune skateuse avait déjà fait le tour de Bretagne avec sa planche. Cette fois, elle a décidé de rallier, avec son skate, la capitale bretonne et la Venise du Nord. À chaque étape, elle va à la rencontre d’autres jeunes, en dehors des sentiers battus, de la Normandie aux Pays baltes. Puis elle reprend la route, avec toujours le même mouvement, le demi-arc de cercle de sa jambe qui frappe le sol régulièrement, pour glisser sur sa planche.